Les flâneries du voyant

 

Dans ce portrait en huis clos, le poète, critique d’art et acteur haïtien Dominique Batraville se révèle dans sa chambre-bibliothèque. L’exiguïté du lieu, étroit comme un placard, croulant sous un fatras de livres et de manuscrits, contraste avec la liberté de parole de l’artiste. Loin de l’entretien classique, le film se construit comme un monologue rêveur qui enchaîne poèmes, réminiscences, mythes et chants, et fait surgir avec douceur et mélancolie toute la richesse de l’imaginaire caribéen. Si la caméra se limite aux confins de la chambrette, l’espace sonore laisse deviner en hors-champ la vie grouillante de Port-au-Prince, point d’ancrage du « voyant-voyageur » toujours attendu quelque part. Intimes et infinies, ses flâneries nous emportent au-delà des murs de béton et de papier.

Impetus

Une cinéaste en plein tournage à New York se questionne sur l’origine du mouvement.  Alors qu’elle tente de se reconstruire après un chagrin d’amour, un événement imprévu fait dévier la course de son film.  Cette oeuvre questionnant le processus de la création fusionne documentaire et fiction de façon bien singulière.  

Zagros

 

Observant la vie quotidienne des Bakthiari dans les montagnes de l’ouest de l’Iran, Ariane Lorrain et Shahab Mihandoust explorent la tradition ancestrale de la teinte naturelle de la laine et du tissage des tapis. Avec respect et affection pour leurs magnifiques protagonistes, les cinéastes composent de longs moments tranquilles qui donnent lieu à une exquise poésie visuelle, aussi vibrante et mystique que les couleurs produites dans les cuves de teinture. Loin d’idéaliser le travail fastidieux qui disparaît peu à peu au profit des marchandises industrielles bon marché, les sages paroles des artisans illustrent les difficultés et les joies des gestes méditatifs et précis qui donnent vie à ces œuvres d’art. Zagros se déploie comme une lettre d’amour à une tradition humaine emplie de résilience.

 

CODE D’ACCÈS présente le concert CDA X PRIM

Le concert CDA x PRIM propose une expérience sensorielle acousmatique. Plongés(es) dans le noir, dans un environnement sonore 360, venez vivre la musique en tant qu’oeuvre narrative autosuffisante.

La résidence PRIM – Codes d’accès a permis à trois artistes, Gabriel Ledoux, Quentin Louvray et Pierre-Luc Sénécal, de créer des oeuvres originales diffusées pour cette unique fois dans le Studio Multimédia du Conservatoire. Avec Un 22 février en exil, Regards et Leave no trace, ils vous transportent dans trois univers riches, distincts et denses.

Brotherhood

 

Réalisatrice : Meryam Joobeur

Année : 2018

Genre : fiction

Durée : 20 minutes

Soutenu par PRIM  dans le cadre du Programme d’Aide à la création. 

Synopsis : Mohamed est perturbé lorsque son fils rentre après long voyage avec une femme mystérieuse.  La tension entre père et fils s’accrue jusqu’au point de rupture.  

 

*GAGNANT Prix Focus Québec/Canada  ET Prix du public, Festival du nouveau Cinéma 2018*

Disparité

Réalisatrice : Lysanne Thibodeau

Année : 2018

Genre : documentaire

Durée : 75 minutes

Soutenu par PRIM dans le cadre du Programme Aide à la création. 

Synopsis : « Disparité » est un essai documentaire sur notre rapport aux armes à feu. Si celles-ci suscitent une fascination associée à la force au pouvoir, leur possession mérite d’être questionné. Un bilan de notre époque sur le thème des armes par l’entremise de points de vue de personnages pour et contre et la démarche de cinéaste essayiste.

My dearest sister

Réalisatrice : Kyoka Tsukamoto

Année : 2018

Genre : documentaire

Durée : 74 minutes

Soutenu par PRIM dans le cadre du Programme Aide à la création. 

Synopsis : « My dearest sister » raconte l’histoire de deux sœurs, séparées par le temps et la culture, qui cherchent à se réunir après plusieurs années d’écart. Avec pour toile de fond le tsunami et l’effondrement nucléaire de Fukushima ainsi que le Tokyo moderne, le voyage emmène une sœur dans une odyssée, retraçant ses racines dans le mythe japonais de la création et l’ère oubliée des reines.

 

L’amour à la plage

Réalisatrice : Lessandro Socrates & Judith Plamondon

Année : 2018

Genre : documentaire

Durée : 75 minutes

Soutenu par PRIM dans le cadre du Programme Aide à la création. 

Synopsis : L’AMOUR À LA PLAGE offre un portrait intimiste de quatre hommes et femmes de 70 ans qui vivent des débuts amoureux. Ces snowbirds québécois migrent chaque hiver pour la Floride en quête de soleil et de compagnie. Avec un humour doux-amer, L’AMOUR À LA PLAGE témoigne des tribulations sentimentales de ces vieux amoureux, qui caressent tous l’espoir d’avoir quelqu’un avec qui faire le reste du chemin.

AU CINÉMA DÈS LE 14 SEPTEMBRE
 
Bande-annonce: vimeo.com/273378075
 

Dèmos

Réalisatrice : Nadine Gomez

Année : 2018

Genre : documentaire

Durée : 70 minutes

Soutenu par PRIM dans le cadre du Programme Aide à la création. 

Synopsis : En plein cœur d’Athènes, au pied de l’Acropole, se trouve un petit quartier, enclavé, bouillonnant, le plus actif politiquement de toute la Grèce selon plusieurs. Ses murs, entièrement recouverts de graffitis, de tracts, d’affiches superposées, sont autant d’appels à la révolte et à la résistance. Dans les rues, les enfilades de cafés bondés, d’où émanent l’odeur épicée du café, laisse monter la clameur d’une clientèle enthousiaste et agitée. Ici, on refait le monde, jour et nuit, jeunes et vieux, partout, tout le temps. Essai poétique et polyphonique, DÈMOS nous fait découvrir, sur fond de crise, un lieu où le vivre ensemble est une posture politique au quotidien. Autrefois berceau de notre civilisation, Exarchia est aujourd’hui un lieu d’une intensité rare qui matérialise, comme peu, ce que démocratie, cohabitation, idéaux et urbanité peuvent vouloir dire dans un monde en profonde mutation.

L’autre Rio

Réalisatrice : Emilie Beaulieu-Guérette  

Année : 2017

Genre : documentaire

Durée : 88 minutes

Soutenu par PRIM dans le cadre du Programme Aide à la création. 

Synopsis : Rio de Janeiro, août 2016. Les Jeux Olympiques d’été battent leur plein. À quelques pas du stade Maracanã, mais bien loin de l’attention internationale, une communauté de déshérités s’invente un quotidien dans un immeuble désaffecté. Malgré la misère, la violence des gangs et la militarisation du quartier, les occupants survivent avec ingéniosité et résilience. Ignorée par les reportages sensationnalistes, leur parole digne et généreuse témoigne d’un monde de béton et de lumière, où la réalité d’aujourd’hui s’estompe derrière les aspirations pour demain.

Le film sera présenté aux RIDM.